AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

SUJET COMMUN N°1 ☼ solnedgang -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Mitt navn er


Profil

Crédits : whorecrux
Messages : 165
Date d'arrivée à Reine : 08/03/2013
Localisation : Au fond de la mer de Norvège.
More +

Feuille de personnage
Feelings:
Age du perso':
Relationship:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: SUJET COMMUN N°1 ☼ solnedgang - Mar 24 Sep - 15:48


Les soleils couchants Revêtent les champs, Les canaux, la ville entière, D’hyacinthe et d’or.


Sa Reine, sa grande majesté, sa couronnée, de son reflet éreintant, miroitant dans le lagon comme les écailles des vieux poissons balancés à la jetée. Émanant des vieux docks. Rependant son odeur de vieux poissons, se noyant par les tas de vieux poissons putrides. Déesse, toute puissante, reine. Les derniers éclats du soleil viennent transpercer ta providence, ton horizon. Souveraine. Va te faire. Plus aucun jour sans soleil, plus aucun jour sans la bonté de ses éclats, sans aube ni crépuscule, sans sourire éclairé, sans lueur, sans explosion de clarté. Non, tes fragments de mirages s'éloignent. La foule s'est déplacée, comme chaque année. On vient t'admirer, astre du jour. On t'abandonne un instant, Judas. Ce soir, ou plutôt, pendant le début de cette longue nuit, on vient empaler ta sombre profondeur, trouer et écraser ta noirceur. Reste où tu es Ô souveraine. Que Helheim vienne s'emparer de toi, qu'il te broie, qu'il te transperce, qu'il souille tes pavés encrassés. On s'en fout. Notre étoile, en répandant sa poussière de fée, nous a embrassées de ses lèvres ardentes. Notre Dieu n'est plus, nous sommes athées, nous sommes contre toi. Délivrons-nous de toi, que sa volonté soit faite. L’auréole descendante va laisser place à la fête, sale hypocrite. Notre Dieu est soleil, notre Dieu est lumière. Non, Reine, toi tu es traître, tu es déloyal, tu es fourbe. Allons sur nos montagnes, près de nos forêts, près de notre mer, allons contempler ce dernier baiser.

- - -


Chaque année, depuis des décennies, le dernier coucher de soleil est célébré à Reine. La plupart des habitants de la ville se rendent dans les montagnes, là où se préparent tous les enfants à y laisser échapper leurs centaines de chandelles dans les airs, comme pour dire merci au soleil de les avoir éclairés. Avec la légère frayeur qu'il ne revienne pas, qu'il les abandonne et reste derrière le mugissement des vagues. Des bûchers sont allumés sur tous les flans des fjords et des collines, essayant de faire revenir le soleil. Laissant suspendre un instant le temps, comme le moment du dernier éclat. Cette soirée est à la fois un rassemblement, des retrouvailles, des rencontres. Elle est surtout synonyme de bonne humeur, même si parfois un Roméo en oubli rapidement sa Juliette pour terminer dans les bras de Camilla. Pour nous et nos personnages, ce sujet va permette de solidifier les premiers liens qui sont créés, ou alors de s'en construire, mais aussi commencer à RP et ouvrir plusieurs champs de possibilités. Aucune inscription n'est nécessaire pour participer. Cependant, vous vous engagez à continuer les interactions que vous avez pu entraîner avec d'autres personnages. La sortie du jeu peut se faire donc au moment que vous le souhaitez – tant que vous gardez une certaine logique -. La seule obligation, et pour permette à tout le monde de poster, nous imposons une limite de 600 mots par post. Le but est de simplement s'amuser, sans se torde l'esprit. ( on vous flagellera si vous dépassez cette limite - avis au sadomaso' - What a Face) . Il vous suffit de poster à la suite de ce post, enjoy it. mignon

rédigé par .Reed



    BLUE VELVET C’est en Norvège que l’eider habite, — là il fréquente les fjords couleur de plomb. Il dépouille sa gorge de son duvet moelleux, — et construit son nid chaud dans un abri. Mais le pêcheur du fjord a un bâton noueux et trempé, — il va piller le nid, pille jusqu’au dernier flocon [...]
    - Henrik Ibsen - L'Eider


Dernière édition par Nór le Sam 12 Oct - 22:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Mitt navn er
Invité


Profil
More +
Contact







MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 ☼ solnedgang - Mar 24 Sep - 21:30

Solnedgang
Sujet commun


Ce soir c’est la fête. Reine revêt ses plus beaux atours pour célébrer l’astre solaire, pour le remercier de ses bienfaits avant un repos bien mérité. Quand vous tenez un restaurant, c’est une de ces journées où vous ne savez plus où donner de la tête. Les clients se sont succédés, la salle a été pleine du déjeuner à la fin du service du soir. Cette année papa a décidé d’installer une petite échoppe avec quelques spécialités près du port, insensible aux protestations de sa famille qui voulait profiter aussi un peu de l’ambiance festive. Je venais de l’aider en lui apportant un peu de ravitaille. Ca marchait bien et il était vite tombé à court de marchandises.

Maman râlait parce qu’il passait tout son temps à discuter avec les clients pendant qu’elle se tapait tout le service, d’après ses dires, et ma cousine était en train de se faire lourdement draguer par un touriste, un gars avec un fort accent français qui baragouinait dans un anglais plus qu’incertain. Papa n’arrêtait pas de lui dire qu’il avait une tête d’idiot, mais comme le gars ne parlait pas un mot de norvégien, il ne comprenait rien et lui répondait d’un grand sourire en faisant des signes de la main, ce qui lui donnait l’air encore plus idiot. Scène savoureuse qui me faisait beaucoup rire, mais je savais que si je m’attardais ici, je serais réquisitionnée. Or, cette année, c’est mon tour de quitter tout ce petit monde juste après le dernier service du restaurant, j’ai déjà été bien gentille de donner un dernier coup de main. Pas que je craignais de bosser, mais j’avais envie de m’amuser aujourd’hui, de voir du monde et de profiter un peu de l’ambiance.

C’est donc sous les protestations familiales que je les ai quittés. Je rentrais à mon appartement pour prendre une bonne douche et me changer. Les vêtements que je portais étaient bien pratiques pour travailler, mais pas vraiment adaptés à la soirée. J’appliquais un maquillage très léger, pinçais mes pommettes pour les faire rougir un peu, puis je sortais, pleine d’entrain, me fondant dans la foule où je croisais de nombreuses têtes familières. Mais pour l’instant, aucune qui me donne envie de m’arrêter...


Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Mitt navn er
Invité


Profil
More +
Contact







MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 ☼ solnedgang - Mer 25 Sep - 22:02

Comme chaque année, en cette période, en ce jour, était célébré un événement particulier, un moment de fête et de joie pour acclamer et remercier l'astre solaire qui pour la dernière fois allait se coucher. Bien sûr, avec le temps c'était plus devenu un prétexte pour s'amuser, sortir les stands, s’empiffrer et boire jusqu'à s'effondrer. Rares étaient ceux qui y accordaient encore sa vraie signification. Mais moi c'était encore quelque chose de différent, depuis quelques temps déjà je comptais les jours qui devaient nous mener à ce moment, une boule se formant dans mon ventre et se faisant de plus en plus forte à mesure que le temps passait. Seulement, aujourd'hui, je n'avais qu'une seule envie, hurler de tout mon être, voir ce jour disparaître. Cependant cela n'aurait fait aucune différence, le véritable problème était de me dire que nous entrions dans la période de nuit polaire et à cette simple idée j'angoissais comme jamais. Je ressentais chacune de mes peurs remonter à la surface et le macabre souvenir de ma tentative inachevée. À dire vrai, je me sentais presque capable de fuir à la nage pour ne pas avoir à affronter ces ténèbres …

Seulement je n'avais le droit de rien montrer, je devais prouver que j'avais changé bien qu'il ne s'agissait là que d'une mascarade pour apaiser les craintes des gens et surtout de ma mère. La pauvre, depuis qu'elle avait reçu ce coup de fil suite à mon admission à l'hôpital, j'avais l'impression qu'à chaque fois que je prenais un couteau dans ma main elle allait défaillir. Elle me faisait sentir encore plus coupable que je ne l'étais déjà, seulement je ne voulais pas la mêler à ça, il s'agissait de mes problèmes … même si en soit elle en était en partie responsable, refusant de me voir partir ... Il n'empêche que je préférais largement que l'on me croit heureux et qu'on me laisse tranquille plutôt que d'être sous une surveillance permanente de peur que je me taillade les veines une nouvelle fois, cela n'aurait fait que compléter ce charmant tableau qu'était la prison dans laquelle j'étais.

Alors je me mêlais à la foule, faisant semblant de prendre du bon temps, mais aussi évitant autant que possible de me lancer dans une conversation trop longue. Certes, j'avais appris à jouer des apparences, ce n'en était pas pour autant que je parvenais à complètement réprimer la terreur qui m'habitait à mesure que le soleil déclinait. Mais je n'étais pas dehors uniquement pour assurer mon rôle de gaie jeune homme, j'en avais aussi besoin. Je répugnais cette célébration plus que tout, mais je ne pouvais pas consciemment me terrer à la maison et manquer la caresse de ces derniers rayons. Je n'espérais qu'une seule chose, que cette année je parviendrais à rester en place et que, contrairement aux autres fois, je ne fasse pas une nouvelle scène signée Tørbjorn à fondre en larmes et m'écrouler à moins que je ne me lance dans un énième saccage. Aujourd'hui allait être une épreuve pour moi et je sentais déjà mon cœur s'accélérer au point de pouvoir me briser les côtes, ma respiration se faisant elle aussi de plus en plus forte. Alors au milieu de cette place bondée, je me mis à fermer les yeux, tentant de me calmer en me concentrant sur le son de mon cœur et la chaleur du soleil sur ma peau.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Mitt navn er


Profil

Crédits : Shiya (avatar), Pepperland (gif) & Silver Lungs (signature)
Messages : 333
Date d'arrivée à Reine : 11/09/2013
More +

Feuille de personnage
Feelings: Happy
Age du perso': 25 ans
Relationship:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 ☼ solnedgang - Jeu 26 Sep - 15:22




Solnedgang
sujet commun

cause nothing can ever, ever replace you. nothing can make me feel like you do. you know there's no one, i can relate to. and know we won't find a love that's so true. but that is the past now, we didn't last now. i guess that this is meant to be. tell me, was it worth it. we were so perfect. but, baby, i just want you to see, there's nothing like us.
-----------------------

Ce culte dévoué au couché du soleil, Eyvinr le connaissait bien. Il nourrissait de nombreux mythes dans toutes les civilisations. A Reine, on le fêtait une fois par an. C'était un moment unique et magique. Depuis tout petit, il aimait y assister. Ses parents l'avaient emmené dès qu'il avait pu tenir debout sur ses jambes. Imaginez l'émerveillement d'un gamin d'un an et demi, perché haut dans les montagnes, le regard levé vers des centaines de lumières s'élevant dans le ciel. Qui ne pourrait pas être charmé par un tel spectacle ? C'était tout bonnement impossible. Depuis cette première fois ou il avait été mêlé à cet évènement, Eyvinr n'avait plus jamais loupé ce rendez-vous. Il l'attendait aussi impatiemment que noël.

Cependant, depuis quelques années, il n'avait pu assister à ces instants ensorcelant. Ses études à Oslo l'avaient privée de bien des choses. Et de personnes également. Eyvinr songea à Scarlett. Il n'avait pas encore eu le temps d'aller la voir depuis son retour. Il espérait qu'elle serait présente se soir. Mais avec son travail au restaurant, rien n'était garanti. Le jeune homme avait eu une longue journée. Commençant par son footing matinal, puis ses recherches à l'institut. Pour le moment, il n'allait pas encore étudier sur le terrain. Il y avait bien des choses à faire avant. Qu'importe, le moment viendrait. S'habillant convenablement, et chaudement pour le début de la nuit, Eyvinr était impatient de voir le soleil embrasser l'horizon. Il partit sans tarder vers les montagnes, marchant une bonne heure pour atteindre la destination.

Quand il arriva au fameux endroit, Eyvinr souria en voyant tout ces photophores, prêt à s'envoler très haut dans le ciel. Le paysage tout autour était à couper le souffle. Le jeune homme s'avança tranquillement. Une silhouette gracieuse attira son regard. Une jeune femme dotée d'une magnifique chevelure lui tournait le dos. Il souria tendrement. Elle était là, son amie de toujours. Tous les deux avaient partagé de nombreux moments ensemble depuis qu'ils étaient enfants. La différence d'âge ne les avaient jamais gênée. Eyvinr avait été heureux d'avoir un auditoire, du moins une auditrice en l’occurrence, à toutes ses histoires. Il lui parlait de sciences, de mythologie. Il lui listait le nom des fleurs croisées sur leur chemin, le nom des oiseaux qui virevoltaient au dessus de leur tête. Et elle, cette douce petite fille, l'écoutait attentivement sans cligner des yeux. Elle était absorber par ses paroles. Eyvinr en avait été fier. Se séparer d'elle pendant quelques années, même s'il revenait pour de courtes durées, lui avait été difficile. Il se rapprocha doucement d'elle. Bonsoir Scarlett.. lâcha t-il simplement.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.


- Can your hear the silence ? -


Dernière édition par Eyvinr N. Andersen le Lun 14 Oct - 18:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Mitt navn er
Invité


Profil
More +
Contact







MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 ☼ solnedgang - Sam 28 Sep - 19:33

Solnedgang
Sujet commun


J’aimais profiter de chaque occasion où je pouvais faire la fête, m’amuser, sourire. J’ai toujours été ainsi, ouverte au monde, curieuse, pleine de joie de vivre. J’ai eu de la chance, je suis née sous une bonne étoile dans une famille merveilleuse, bien que parfois un peu envahissante. Mais n’était-ce pas normal ? Au moins je n’étais pas seule et je savais que je ne le serai jamais. Je me sentais à l’aise dans cette ville où j’ai vu le jour. Même si j’avais toujours eu des envies de voyage pour découvrir le monde, ce n’était pas pour ça que je voulais quitter Reine. Si un jour ça devait se concrétiser, je savais que je reviendrais toujours chez moi quoiqu’il en soit. Peu d’endroits dans le monde permettent de vivre ce genre de fête. La célébration du soleil est pour moi la plus belle de toutes. J’aime cette idée d’au revoir, parce que quand il revient, c’est une autre célébration qui a lieu, et on profite d’autant plus de ses bienfaits quand on sait qu’il ne sera pas toujours là.

Je m’étais plantée au milieu de la foule, au moment où un de ses rayons avait percé les nuages et inondait mon visage. C’était un des derniers, il n’allait pas tarder à se coucher pour la dernière fois. Plus loin les photophores étaient prêts à s’envoler quand il aura totalement disparu pour laisser place à la nuit. Je fermais les yeux, levais la tête vers le ciel, et c’est à ce moment là que j’entendis une voix familière m’interpeller. Mon sourire s’agrandit et je me retournais pour faire face à mon vieil ami, celui que je n’avais pas vu depuis bien trop longtemps.


Eyvinr !


Je parcourais la faible distance qui nous séparait d’un pas pressé et le prenais dans mes bras. Il n’avait pas énormément changé, bien que je le trouve moins étroit des épaules. Forcément en prenant de l’âge, son corps s’était dessiné avec plus de précision. Ses cheveux étaient également un peu plus courts, ses traits étaient un peu moins fins et avaient gagné en maturité, mais c’était toujours lui. Moi par contre, je sais que j’ai beaucoup changé. Mon appareil dentaire n’était plus qu’un mauvais souvenir, et une petite opération avait permis de rectifier ma myopie qui m’obligeait à porter des lunettes. Ce moment de l’adolescence où on se sent gauche et où on se cherche était derrière moi, j’assumais ma féminité et me sentais à présent bien dans ma peau.


Je me demandais quand on allait enfin se croiser... Comment vas-tu ?


Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Mitt navn er
Invité


Profil
More +
Contact







MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 ☼ solnedgang - Ven 4 Oct - 20:47


Il essaie. Au milieu de la couche de nuages, il suffoque, mais il tente de résister. De nous offrir un digne au revoir. On voit sa lueur orangée qui veut nous donner un peu de sa lumière. Allez. Une dernière fois. Mais tu te fatigues pour rien, Soleil. Bientôt la nuit prendra le dessus sur toi.
Tu disparaitras.
Moi j'y crois encore. À ce que tu restes. J'erre entre les gens, avec cette habitude que j'ai de les ignorer. De laisser leur regard dur posé sur moi, à chercher les bleus. Les signes des colères étranges du gosse Myklebust.
J'erre et je me cache à la fois.
Mais j'y crois. Parce que c'est arrivé l'an dernier, et tous les autres avant celui-là, ne veut pas dire que cette année, on échappera au miracle. Le Soleil qui reste. Fidèle à son poste de réveil naturel le matin, au travers des volets mal fermés.
Je te fixe, toi, à travers de ta cloison de nuages, et je prie pour que tu sois là demain matin. Pour que demain matin ne soit pas un soir.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Mitt navn er


Profil

Crédits : avatar APPLESTORM, signature paperback writer
Messages : 594
Date d'arrivée à Reine : 08/03/2013
Age : 24
More +

Feuille de personnage
Feelings: Perdu à combattre le bien et le mal
Age du perso': 19 piges
Relationship:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 ☼ solnedgang - Ven 4 Oct - 22:43

Solnedgang.
sujet commun


S'il te plaît, ne cri pas. Ne souffre pas, ne hurle pas. Stop, arrêtes-toi là, lui criait cette voix. Lui tambourinait cette voix. Lui tranchait cette voix. Mais il n'y arrivait pas, il ne l'écoutait pas, elle n'était pas assez forte. Pas assez puissante. Elle devrait le frapper plus fort, l’assommer. DEBAS-TOI. Articules-toi, continuait-elle. Et lui il se comprimait, il se disloquait. Et tout s'envenimait, les murs s’entrechoquaient. Ses bras se démettaient. Se séparaient de son corps, se séparaient de son contrôle, ils s'égaraient. Se dispersaient, malgré les regards-tronçonneuses des pins brisés. Malgré les injures-marteaux des bicentenaires déboîtés. Ses paupières pleines de sel : il visait les sommets des crêtes ; Il visait les bouffées de soleil, les derniers cendrés par les épines dressées au somment des résineux. Il devait les rejoindre avant que les buchers soient allumés. Les pupilles rouges lui enflammaient la vue. Une éruption rouge-fumée sortait de son gosier, il crachait sur le bitume. Il crachait sur ses chaussures. Et ses bras se baladaient autour de sa taille, autour de sa tête. Il s'arrachait les cheveux. La voix avait disparu, il y avait bien longtemps, il poussa une détonation. Il s’enragea. Ses iris allaient exploser. Le bitume était nu, les rues étaient nues. Il cracha de nouveau, mais sur les vitres des marchands de tempête. - Que fais-tu ? MALADE ! Que fais-tu, malade ? - Sa vue grésillait et projetait du sang, il se vidait. Son bec ne cessait de vomir sang. Il mollardait. Il toussait de peine. Ses doigts s’élevaient haut, trop haut dans les nuages. Il planait, il n'était pas vraiment lui-même, mais il n'y avait jamais été vraiment. Il ne regardait même plus autour de lui, autour de son ombre. Elle venait de disparaitre, comme ses pensées. C'était devenu une boîte vide, un échantillon de poudre invisible. Mais il le sentait, il l'aspirait, il le percevait au loin. Comme s'il pouvait voir d'ici la chose qui l'observait derrière lui, derrière la nuit, derrière la lune qui jaillissait, derrière ses yeux devenus aveugle. Il tanguait. Il était épié, regard vicieux. Perfide. Des globes le fixaient. Il se retournait une nouvelle fois, il n'y voyait plus rien.

Une larme s'aventurait sur ses joues rocailleuses. Une larme s'écroulait sur la pierre de lune. Il croyait avancer. Mais soudainement, sans s'en rendre compte, c'était la Terre qui roulait sous ses pieds. Il avait changé de rue, il n'était peut-être même plus à Reine. Il avançait tout seul. Il soulevait la poussière. Ses mains étaient moites, nerveuses. Elles tremblaient légèrement et sauvagement par à-coups. Elles lui donnaient des impulsions, ça l'angoissait. Pulsions. Spasmes. Il gémissait en brusquant un autre sanglot. La saleté voilait ses larmes. D'un voile fébrile, un voile qui criait encore au fond de lui. Il le recouvrait, l'enterrait sous les yeux de ces épieurs. La poudre sélénite l’entourait à présent. Ces yeux devenaient d'un tout autre rouges, un rouge sang, sang crouté, sang brulé. Ils se pigmentaient de charbon. Ils se pigmentaient de terre. De terre qui l'enlisait, qui l'embourbait. De terre cratère, de terre orbite et d'encre du croissant. Il fermait les paupières, il s'éclipsait. VA-T-EN, reprenait cette voix. VA VOIRE LA LUMIÈRE BLANCHE, QUEL T'EMPORTE. CRÈVE-Y. Alors il y allait. Alors, il sanglotait. Alors il se perdait. VA VOIR LES DÉFUNTS, avait crié sa mère. Sa mère au visage si doux, si pâle comme le berceau de la lune, si joyeux. Un sourire au coin des lèvres, un faux sourire mais qui en était quand même un. Elle avait pourtant l'esquisse quelque peu fauchée par le temps, quelque peu marqué par le mutisme. Ses marques sur son front, aussi anémié que ses iris, trahissaient souvent ses expressions et ses véritables arrière-pensées. Ses joues semblaient se piocher de jour en jour. Créant un tunnel jusqu'à sa mâchoire stricte et ses fines dents. Sa beauté avait été emprisonnée sous le même voile fébrile. Sa jeunesse d'antan avait été violé. Elle l'avait offerte à ses enfants, à son propre sang. Mais ils lui en prenaient beaucoup trop, elle se vidait elle aussi. C'était pour ça qu'il aurait voulu lui arracher son visage, lui arracher ses tempes creusées, lui arracher les boursouflures violacées qui s'étaient formées sous ses yeux de jais. Il voulait parfois lui prendre sa vieillesse, la libérer de toute sa peine. Il ne voulait plus qu'elle souffre de sa laideur, il voulait qu'elle arrête de pleurer pour chaque ride qui la défigurait. Alors, il balança encore ses bras dans le néant et lui cracha en plein visage, humidifier la saleté avant de la nettoyer. Il cracha au visage qui renfermait les mensonges et qui avait été si beau, il cracha sur le sourire faux, il cracha sur sa mère pour lui faire plaisir. Un crachat loin de la folie précédente. Sans se rendre compte qu'il était déjà arrivé, entouré par la foule. Sans se rendre compte qu'il pouvait être là depuis des minutes comme des heures. Sans se rendre compte que c'était un homme, un jeune homme qui se tenait devant lui. Il n'avait pas les mêmes cheveux frisés. Non, il n'était pas devant elle, il n'était pas resté chez lui. Il était sur les sommets, il était de marbre. Il était sortie de l'inconscience. Et pour la première fois : la Terre s'arrêta à ses pieds ; et l'impression qu'il eut brisé quelque chose sous ses yeux se mit à l'envahir.




    I am a fucking crazy, but I am free. ⚜️
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Mitt navn er
Invité


Profil
More +
Contact







MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 ☼ solnedgang - Ven 4 Oct - 23:53

parallel lives

Les dessins coulaient sur sa peau, filaments de lave incandescente léchant son ventre. De ses longs doigts de pianiste, elle encrait des motifs en lui. Ses ongles, araignées fourbes aux desseins disgracieux, jouaient avec ce corps maigrelet. Paupières closes, respiration lente. Brynjar sentait sa jambe enroulée autour de l’une des siennes, serpent dangereux défendant un territoire aisément acquis. Quelque part dans leur antre, Cýrus bougea. Le spectre rachitique en avait probablement terminé avec sa basse besogne, ayant déversé son flot d’extase dans la vallée des plaisirs. L’angelot lacéré se redressa, faisant tomber cette main impuissante le long de son torse chaud. La douce fleur immaculée se fit harpie, pourrissant de jalousie et suintant de désespoir. Elle avait usé de ce jouet qu’on avait mis entre ses pattes expertes, simple occupation. Cýrus avait eu besoin de détourner l’attention de celle-ci pendant qu’il goûtait à l’autre. Bryn avait été un doux éphémère, une caresse furtive sur un corps meurtri, l’ultime soupir du combattant déshonoré.

- Je vais lui montrer ces foutues lumières et je reviens pour t’exploser.

Eclat de réjouissance. Elle acquiesça. Cýrus ramassa ses clés, eut tôt fait d’assujettir Brynjar à ses désirs, lui ordonnant de le suivre. Reine était sournoise, elle dérobait autant qu’elle offrait. Elle détruisait aussi, à coups de griffes, de bombes et de coups de ciseaux. Ses enfants étaient des putains d’avortons, les abats du monde. Bryn voyait les fumées toxiques dégouliner des oreilles de chaque habitant du coin. C’est bien pour cela qu’il restait, humant ces parfums nocifs et riant, riant à s’en inonder les poumons d’eau. Parmi tous les loups qui avaient pourfendu son corps de traces sanguinolentes, Cýrus était le seul à être resté. À ce titre, il refermait ses serres sur le bras fragile du gamin et le traînait plus qu’il ne l’emmenait vers les montagnes.

Il l’abandonna. Croque-Mitaine insatisfait de sa proie préférant la régurgiter et l’offrir à d’autres désireux. Ils étaient nombreux à se dresser, de futurs adultes tenaient des éclats de vie entre les mains, prêts à les laisser flotter vers les cieux. Brynjar sentait des comètes exploser dans son torse, déversant la douce euphorie par goutte. Dans son dos, un nuage de cyanure se dessinait. L’Innocence eut juste le temps de lui  vomir dessus avant que le Poison n’ait le temps de lui cracher au visage. Douce traînée électrisante de fraîcheur sur sa joue rosie. Bryn s’en libéra, coupant les ailes à ce faucheur planant au-dessus de sa tête. Ses lèvres se craquelèrent, ouvrant à coups de hache un sourire sur son visage.

- Tu pourrais m’aimer de façon plus respectable.

Un traitre jaillit de sa gorge, rire naïf et dévastateur. Ultime trace de sa candeur aujourd’hui ravagée. Face à lui, l’Air insoutenable. Derrière lui, toute la magnificence du monde dans le creux de leurs paumes. Sans l’ombre d’une hésitation, Brynjar pivota, offrant ce dos parfait et digne à la Dangerosité et se délectant de cette ouverture sur le surréalisme qui embrassait ses yeux.




△everleigh


Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Mitt navn er
Invité


Profil
More +
Contact







MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 ☼ solnedgang - Lun 14 Oct - 16:15

Solnedgang


« La vraie beauté est si particulière, si nouvelle, qu'on ne la reconnaît pas pour la beauté. » Marcel Proust.
 Paisiblement assise au fond du canapé, devant un feu mourant, je lis une oeuvre classique. Adina, posée à mes pieds, dort. C'est une soirée assez calme. Cela me plait beaucoup, ces soirées douces me manquaient. Soudain, sortit de nul part : Teodor. « Jeanne. Quelle chemise ? La blanche ou la orange ? » Je regarde son colocataire avec de grands yeux. Il ne m'a pas dit qu'il sortait. « Euh... la blanche. Mais, tu sors ? » Je n'avais pas vu qu'il était torse-nu. Il laisse tomber la chemise orange sur le fauteuil et enfile l'autre. « C'est la grande soirée, tu sais. L'hommage au soleil. Je t'en ai parlé, non ? » Je le regarde toujours. Enfin, surtout ses doigts qui se bagarrent contre les boutons de sa chemise. On dirait qu'il a du mal. Je me lève et vais l'aider. Pendant que je boutonne sa chemise, il baisse la tête pour me regarder. « Je ne t'en ai pas parlé, c'est ça. Arg. Bon. Je t'expliquerais sur le chemin. Je ne veux pas arriver en retard. »  Je boutonne le dernier des boutons et m'éloigne un peu de lui. « Est-ce que je suis obligée d'y aller ? Je n'ai pas vraiment envie de sortir. » Teodor va prendre sa veste en cuir et la revêt. « Je ne te forcerais pas si je n'étais pas certain que ça allait te plaire. Aller, viens. Je pense que ça pourrait t'aider à recommencer le dessin. » « Bon... d'accord. Laisse-moi deux minutes. » Il sourit. Il veut vraiment me montrer sont truc. Je n'ai pas envie de sortir, j'étais bien avec mon livre et Adina sur mes pieds qui me réchauffait. Je m'enferme dans la salle de bain et coiffe mes cheveux. J'en ressors quelques minutes plus tard, Teodor m'attend avec Adina attaché à sa laisse. Je mets mon manteau en fourrure. Teodor me tend mon matériel de dessin. Je le prends un peu à contre cœur.
 Nous faisons un nombre certain de kilomètres dans les montagnes. Je ne vois plus le soleil, je ne pense pas que cela importe beaucoup. Teodor accélère le pas. Finalement, nous arrivons. La foule est au rendez-vous. Je vois des chandelles un peu partout. Des stands aussi. Le soleil va bientôt disparaître, on dirait. « Qu'est-ce qu'il se passe, en fait ? » « Le soleil va bientôt partir. Il va bientôt disparaître... et il ne réapparaîtra que dans quelques mois. C'est comme ça, ici. On va rendre hommage au soleil, le remercier. » J'acquiesce. Je ne connaissais pas cette fête, ce mythe. Je dois avouer que c'est très beau, de voir tous ces gens réunis ici dans le même but. Le soleil qui disparaît dans des nuances de pourpre et de rose. Teodor a raison, ça me donne envie de le coucher sur papier. Je vais commencer à dessiner, et je serais au bon moment de mon dessin lorsque les lumières commenceront à s'envoler. Je m'assois par terre, sur le sol mouillé. « Qu'est-ce que tu fais, tu vas attraper froid ! » Adina vient se coller à moi, et je vois Teodor qui s'accroupit. « Tais-toi, je dessine. »


Revenir en haut Aller en bas


avatar
Mitt navn er


Profil

Crédits : Shiya (avatar), Pepperland (gif) & Silver Lungs (signature)
Messages : 333
Date d'arrivée à Reine : 11/09/2013
More +

Feuille de personnage
Feelings: Happy
Age du perso': 25 ans
Relationship:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 ☼ solnedgang - Lun 14 Oct - 18:27




Solnedgang
sujet commun

cause nothing can ever, ever replace you. nothing can make me feel like you do. you know there's no one, i can relate to. and know we won't find a love that's so true. but that is the past now, we didn't last now. i guess that this is meant to be. tell me, was it worth it. we were so perfect. but, baby, i just want you to see, there's nothing like us.
-----------------------

La soirée s'annonçait prometteuse. Lui qui n'avait pas vu les habitants de Reine dans sa globalité depuis si longtemps. L'espace d'un instant, il retrouvait des yeux d'enfants. Les lumières seraient absolument sublimes une fois élevées dans le ciel. Il avait d'ailleurs pensé à prendre son appareil photo. Il voulait immortaliser cet instant magique pour le partager à ses amis d'Oslo. Ils en baveraient littéralement de jalousie, il en était certain. Eyvinr estimait avoir de la chance de vivre dans une ville aussi jolie et originale. Il aimait les traditions norvégiennes et ne se voyait pas partir vivre ailleurs. Ses racines étaient ancrées dans le plus profond de sa peau. Cela dis, ce fait ne l'empêchait pas de rêver de voyages. Un jour, tel un baroudeur, il prendrait son sac à dos et mettrait les voiles pour un tour du monde. Il était comme ça, le jeune Eyvinr. L'envie de bouger lui titillait les entrailles depuis toujours. Mais d'abord, un retour aux sources s'imposait. Son nouvel emploi l'emplissait de fierté et il lui faudrait un projet valable pour le mettre entre parenthèse.

Une autre raison l'avait poussé à établir le camp dans les environs pour un bon bout de temps. Et cette raison avait un prénom, Scarlett. Sa silhouette gracieuse se retourna vivement quand il la salua. Eyvinr ! s'exclama t-elle. Il la regarda franchir la distance qui les séparait en quelques pas. Ses cheveux virevoltèrent à l'unisson. Sans plus attendre, elle le serra dans ses bras. Le jeune homme fut touché par cet élan d'affection. Malgré sa timidité, elle était toujours aussi spontanée. Eyvinr admirait sa personnalité. Il lui rendit son étreinte en la serrant contre lui brièvement. Puis il recula un pas pour mieux l'admirer. Elle avait agréablement bien grandit. Je me demandais quand on allait enfin se croiser... Comment vas-tu ? lui demanda t-elle. Il avait lui aussi attendu impatiemment de la revoir. Mais le travail l'avait occupé bien plus qu'il ne l'aurait cru. Il aurait pu passer un midi au restaurant de ses parents. Mais le jeune homme n'avait pas osé. Je vais bien. Et toi ? répondit-il simplement. En tous cas, tu as de la chance que je t'ai reconnu ! ajouta t-il en ponctuant sa réplique d'un sourire enjôlé. Car oui, il aurait très bien ne pas la reconnaitre. En quelques années, elle avait affirmé son statut de jeune femme. Il regrettait de ne pas avoir passé plus de temps avec elle lors de ses retours à Reine pendant les vacances.
© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.


- Can your hear the silence ? -
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Mitt navn er
Invité


Profil
More +
Contact







MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 ☼ solnedgang - Lun 14 Oct - 19:30

Solnedgang
Sujet commun


Eyvinr, je le connaissais depuis tellement longtemps que c’est presque comme si je ne pouvais pas avoir de souvenir sans qu’il y soit rattaché. Il était toujours dans mon champ de vision et malgré la différence d’âge, on passait beaucoup de temps ensemble, même si c’était plutôt moi qui étais tout le temps sur ses talons pour lui réclamer qu’il me raconte des histoires. Je n’oublierai jamais la patience qu’il a eue avec moi, je sais que peu de garçons auraient eu cette bienveillance auprès d’une petite fille comme moi. Mais lui, c’était un vrai gentil, en tout cas c’est toujours comme ça que je l’ai vu. Avec mes yeux de petite fille, c’était un peu le super-héros conteur de récits fabuleux, je me souviens que dans ma tête d’enfant, je me disais que je voulais faire comme lui quand je serais grande, inventer des histoires. Après tout, j’aurais pu réaliser ce rêve et devenir écrivain ! Mais ça, c’était sans compter sur la tradition familiale qui veut que quand on naît Iversen, on travaille au restaurant familial ! Je n’ai pas échappé à la règle, et si dans un sens je ne le regrette pas, je ne peux m’empêcher de me demander où j’en serais si j’avais décidé de sortir des sentiers battus pour suivre mon propre chemin. Je ne le saurai sans doute jamais mais ce n’est pas grave, je n’ai vraiment pas à me plaindre de ma vie.


Ca va très bien, la journée est enfin terminée pour moi je laisse les autres travailler maintenant.


Il fallait en profiter, l’année prochaine ça sera à un autre membre de la famille de profiter de l’événement. C’est comme ça tous les ans, chacun son tour, pas de jaloux. J’aime beaucoup cette tradition, c’est typique des pays du Nord, et ailleurs on ne le fête pas de la même façon qu’ici. C’est notre petit moment à nous, où on a un peu l’impression d’être les rois du monde, le centre de l’attention de l’univers tout entier. C’est idiot évidemment, la plupart des gens ne savent même pas que ce genre de chose existe ici, mais ça nous plaît de le penser quand même.


Oh ! Tu m’as donc si facilement oubliée ?



Evidemment que je le taquinais. J’avais bien conscience d’avoir pas mal changé depuis son départ, et on n’avait pas eu l’occasion de se voir énormément quand il venait, voir pas du tout. Je trouvais ça dommage d’ailleurs, il m’avait beaucoup manqué... Surtout que je devais aussi affronter la défection de Lou, qui me laissait à peine l’approcher.


Toi par contre je t’aurais reconnu entre mille ! Reine ne t’a pas trop manqué ?


Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas


Mitt navn er
Contenu sponsorisé


Profil
More +
Contact







MessageSujet: Re: SUJET COMMUN N°1 ☼ solnedgang -

Revenir en haut Aller en bas

SUJET COMMUN N°1 ☼ solnedgang -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Comment se perdre en 1 leçon [Sujet Commun N°1]
» Sujet-commun : Intrigue 1
» 2. Bal masqué - Sujet commun
» SUJET COMMUN // joyeuse Saint-Valentin !
» LE BAL DE LA SAINT-VALENTIN - sujet commun (l'arrivée des invités)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLUE VELVET :: 
Hors-jeu
 :: Arkiver :: Histoires
-