AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

PLANLEGG ▽ Nuits Polaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Mitt navn er


Profil

Crédits : whorecrux
Messages : 165
Date d'arrivée à Reine : 08/03/2013
Localisation : Au fond de la mer de Norvège.
More +

Feuille de personnage
Feelings:
Age du perso':
Relationship:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: PLANLEGG ▽ Nuits Polaires Dim 28 Juil - 0:51


Annexe - les nuits polaires
▬ Le visage est l'image de l'âme ▬



Une nuit polaire est la désignation d'une nuit qui dure 24h/24h selon la saison sur les régions polaires de la terre. Il existe des parties des pôles dont la rotation de la terre n'a jamais permis de voir la lumière du soleil. Les pôles Nord et Sud sont les zones les plus sombres qui cumulent, par an, six mois de nuit continue et six mois de journée continue. La profondeur de la nuit polaire dans ses régions prêtes des températures extrêmement basses, la plus basse relevé, mesuré en Antarctique, indiquait -89°C ( ou 128 Fahrenheit ). Sans les fourrures lourdes, ceci peut mener à la mort en moins de deux minutes.


A Reine vous n'atteindrez jamais des températures avoisinant les -50°C (soit env. - 128 °F), mais les fourrures lourdes sont conseillées lorsque l'on atteint les - 20 à - 30°C dans les environs de Noël. Du 4 décembre au 7 janvier s'abat donc cette épique nuit polaire avec son velours bleu, sa couverture sombre et inévitablement triste. Le soleil disparaît petit à petit s'engouffrant dans l'horizon au pics enneigé par l'hiver. La plupart des animaux fuient la région pour éviter l'obscurité et ses cris stridents. Le vent s'abat sur les quelques plaines et la houle de l'océan entraîne avec elle les derniers éclats. Les forets s'endorment en omettant leurs souhaits ténébreux, leurs ombres féeriques, leurs brumes célestes, leurs aubes ardentes, remplacé par un froid saisissant qui semble petit à petit pénétrer sa hache au plus profond de la terre, remplacé par une mélancolie saisissante aux détresses d'étés. Tout devient sombre, l'amertume entame son long périple à travers les habitants de Reine, les habitants du cercle polaire, l'abattement surgit. Certains aiment la pâleur de la saison, certains l'abhorre. Certains se sentent revivre, revenir à leur racine, d'autres s'enivrent de toute l'angoisse que pourrait contenir la vie jusqu'au plus profond de leur veine. Incapable de pouvoir retenir le flux épuisant de ce sang, les artères compressées prêtes à exploser en rependant le filet rouge sur le duvet de neige cristallisée. Ou, sur le visage meurtris de l'homme, l'homme qui a vécu, l'homme qui connaît, l'homme qui semble savoir absolument tout, l'homme qui s'énerve, l'homme impulsif, l'homme qui contrôle absolument tout, l'homme qui jubile, l'homme qui est encore plus sombre que la nuit elle-même. Le soleil, s'oublie rapidement, trop brutalement. L'émergence est immédiate, les monstres sorte de la nuit, pourtant la vie doit continuer... Les dockers continuent à boire en déchargeant les quelques monstres d'acier qui osent s'aventurer près du port lorsque l'écume écœurante vient dévorer les bateaux de misère qui y sont accostés, la même lumière vient sillonner tout le rivage de l'océan, inclinant son oeil jusqu'à l'invisible, peut-être en offrant un soupçon d'espoir à certains clandestins vagabondant jusqu'aux terres oubliées, en offrant, sans doute, une flamme pour les êtres fatigués perdu dans les rochers, perdu sous les toits grinçants d'un hiver trop douloureux. C'est pourtant cette nuit qui permet à certains de surgir, de dépasser les montagnes, d'y installer leurs bagages, leurs fléaux ou encore leur solitude intime. L'homme dépose sa main noueuse sur ses lèvres arrachées, il s'empêche de crier, non d'un cri de stupeur ou de terreur, mais, un cri d'existence, un cri jubilant, excitant. Ses veines se gonflent jusqu'à en éclater encore une fois, ses artères éclatent pour laisser place au rire vivifiant qui envahit les crêtes enneigées. Il regarde en souriant, en s'étouffant de son rire, il est nuit, il est velours, il est l'illusion de Reine.



▲▲▲


    BLUE VELVET C’est en Norvège que l’eider habite, — là il fréquente les fjords couleur de plomb. Il dépouille sa gorge de son duvet moelleux, — et construit son nid chaud dans un abri. Mais le pêcheur du fjord a un bâton noueux et trempé, — il va piller le nid, pille jusqu’au dernier flocon [...]
    - Henrik Ibsen - L'Eider
Revenir en haut Aller en bas

PLANLEGG ▽ Nuits Polaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Mes jours sont plus sombres que vos nuits [commentaires]
» " La Seule Compagnie Dans tes Nuits de Pleurs sont les Etoiles, Elle brillent en toi et pour toi."
» L'arc en ciel de mes nuits...
» Mes jours sont plus sombres que vos nuits [Rating PG]
» Je suis l'ombre qui hante tes nuits [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLUE VELVET :: 
Administrasjon
 :: Bible :: Annexes
-